Immobilier à Orlando et crise du COVID : état des lieux

    par Antoine | August 05, 2020 |

    immobilier_orlando_covid (1)

    Le comté d’Orange n’est malheureusement pas épargné par la crise du COVID. Un pic de nouveau cas a été enregistré cette semaine, alors qu’Orlando a rouvert ses portes au public permettant à nouveau l’accès aux bars, restaurants, et parcs d’attractions. La population est entrée dans la phase 2 du déconfinement en prenant les mesures sanitaires nécessaires pour éviter la propagation du virus. Les entreprises reprennent leurs activités et le secteur immobilier semble lui aussi repartir bien que les transactions se faisaient toujours durant le confinement. Faisons un état des lieux de la situation à Orlando et voyons quel est l’impact du COVID sur l’immobilier.

    La ville et la région fortement touchée

    Le COVID sévit dans la région du comté d’Orange, mais pas seulement, c’est toute la Floride qui subit un pic de contamination qui atteint des records en ce mois de juillet. Le Florida Department of Health a signalé plus de 300.000 cas de coronavirus répartis dans toute la Floride.

    Il faut noter que ces chiffres dépendent également du nombre de tests administrés par jour, ce qui n’est pas forcément représentatif de la réalité. Le gouverneur Ron DeSantis a pris la parole lors d’une conférence de presse à Orlando, il explique qu’il y a une recrudescence de la maladie chez les jeunes de 20 et 30 ans. Il remarque un certain manque de vigilance de la part de certains qui subissent une transmission communautaire depuis le déconfinement.

    Alors que la Floride attaque sa deuxième phase de déconfinement, DeSantis déclare : « Nous voulons nous assurer que les gens continuent de suivre les instructions de base, qu’il s’agisse de rassemblements de masse, de distanciation sociale, de se laver les mains, vous savez, ces choses aideront à réduire la propagation. » Afin de retrouver une vie normale, la Floride met tout en œuvre pour gérer cette crise du COVID-19 tout en essayant de relancer l’économie locale.

    À Orlando, les parcs d’attractions Universal Studio, Disney World et Seaworld ont tous été fermés à la mi-mars. Ils ont tous rouvert entre Juin et Juillet et accueillent à nouveau du public, mais avec des capacités réduites et la mise en place d’un protocole sanitaire de distanciation sociale. Les bars et restaurants sont, eux aussi, de nouveau ouverts. L’activité économique reprend lentement, mais sûrement. Les entreprises ont adapté les conditions de travail de chacun pour continuer d’exercer. La réouverture des services devrait leur permettre de retrouver un fonctionnement “normal”.

    L’évolution des prix de l’immobilier

    Mais, qu’en est-il pour l’immobilier ? Comment se porte-t-il à Orlando ? On ne peut évidemment pas parler de la crise du COVID sans penser à l’impact qu’elle peut avoir sur le marché.

    Pour commencer, faisons un point général sur la situation. Les dernières statistiques montrent qu’en effet, à l’annonce de cette pandémie mondiale, les ventes et achats de maisons individuelles, appartements et condominiums se sont mis sur pause en Floride comme ailleurs. À la mi-mars, les États-Unis étaient à l’arrêt ainsi que le reste du monde. Les futurs acquéreurs ont repoussé, voire annulé leur projet d’achat, et les vendeurs ont préféré retirer leur bien du marché par peur de devoir sacrifier les prix. Les ventes de maisons ont chuté de 18 % en avril par rapport à l’an dernier et le prix d’inscription médian a, quant à lui, augmenté de 1,4% en glissement annuel, sur la première semaine de mai.

    Or, beaucoup pensaient que la crise allait provoquer un effondrement du marché comme celui connu en 2008. Ce n’est pourtant pas le cas, car les prix s’évaluent en fonction de l’offre et la demande. En 2008, le parc immobilier possédait une quantité de biens suffisante pour dépasser la demande, mais cette fois-ci les choses ont bien changé.

    Depuis 5 ans, les prix des maisons étaient en hausse profitant d’une économie saine et d’une demande plus forte que l’offre. En effet, les constructions neuves se sont raréfiées sur le marché ce qui a provoqué indéniablement une diminution de l’offre. Si le COVID-19 a ralenti considérablement la demande de logements, l’offre a chuté au même rythme. L’équilibre entre l’offre et la demande explique que, pour l’instant, le marché reste stable.

    La tendance pourrait bien s’inverser dans les mois à venir ! Selon l’économiste de Zillow, Skylar Olsen, on devrait voir les prix de l’immobilier en baisse d’environ 1 à 2%%, en fonction des villes, d’ici la fin de l’année. « Nous ne nous attendons pas à ce que les prix ne baissent trop, du moins, rien comme la dernière crise, car le logement en général est beaucoup plus résistant que la dernière fois », a-t-elle annoncé. Orlando a toujours profité de prix de vente raisonnables par rapport au reste de la Floride. Si les prix viennent à baisser, il y aura certainement de belles opportunités d’achat dans les prochains mois.

    Actuellement, on constate tout de même quelques améliorations, le prix médian est en hausse de 6% sur 12 mois et l’inventaire de biens à vendre diminue de 19% ce qui permet de conserver des prix. Des signes encourageants qui montrent que le marché du logement refait surface petit à petit.

    Suivez-nous

    Abonnez-vous ici !

    Articles récents

    Nouveau call-to-action
    Nouveau call-to-action